Saint-Aubert

Chaudière-Appalaches

Tu sais quoi? Je me déplace partout au Québec pour les ateliers!

Bac en Travail social

Consultante en éducation bienveillante

Coach-Accompagnante

Formatrice

Animatrice

Conférencière

  • White Facebook Icon

© 2017 par Pascale Pouliot. Tous droits réservés.

 

Tél. : 418 291-4606

Noël dans sa plus simple expression

December 10, 2017

Pourquoi fêter Noël de manière minimaliste?

 

D’abord il faut dire qu’avec une grande famille (9 enfants) on apprend à mettre les priorités à la bonne place. Pour mon conjoint et moi 

 

 

les valeurs de surconsommation ne font pas partie de notre mode de vie autant que possible. On préfère passer du bon temps en famille plutôt que se payer des gros cadeaux qui ne nous rappelleront rien dans quelques années.

 

Quel genre de cadeaux allons-nous offrir?

 

Nous offrons des cadeaux aux enfants qui restent encore sous notre toit. D’abord on choisit selon les goûts mais la plupart du temps on achète un cadeau familial. On favorise un gros cadeau unique comme un clavier électronique, une tablette, une caméra, un ordinateur iMac…  Le choix est parfois connu des enfants selon une suggestion de leur part, parfois non et la découverte se fait à Noël. N’oublions pas que ma mère qui habite avec nous fournit une grosse part du montant du cadeau unique. Il y a plusieurs années elle nous a amenés voir Casse-Noisette (Grands ballets canadiens), la soirée a coûté environ 700$! Mais les enfants n’ont pas eu autre chose.

 

A côté de cela on prend le soin de choisir un petit quelque  chose  de plus individuel comme un livre souhaité, un jeu, un film, une activité (aller faire une journée de ski alpin).

Pour les enfants plus vieux, donc adultes, aucun d’eux n’habite proche sauf deux filles qui sont à une heure de route environ. Nous privilégions un gros souper en famille avec les enfants qui sont éloignés, quand cela est possible. Aucun de mes enfants adultes n’est riche, certains n’ont même pas de voiture (sur 6 enfants il y en a une qui a une voiture…).

 

 

 

Et la déco, elle?

 

En fait on a parfois eu des décorations de type commercial mais honnêtement on ne décore pas tant. Y a eu des années où la déco récupérée des années précédentes était très simple : on choisissait des grosses décos à accrocher aux murs, une guirlande ici et là… J’aime pas me casser la tête avec trop de choses. Mes enfants grandissent mais quand ils étaient plus petits, on faisait attention à certaines sortes de décorations qui pouvaient être dangereuses : boules cassantes, glaçons d’aluminium… On a aussi des chats, imaginons le foutoir du chat qui grimpe dans l’arbre parce qu’il a vu quelque chose qui bouge!!!

Je ne suis pas très artisanale donc on ne bricole pas les décorations nous-mêmes. Il nous arrive de mettre seulement la vieille crèche de mon enfance (ma mère habite avec nous et elle y tient vraiment beaucoup).

 

Mon chum étant un écologiste on a toujours privilégié un sapin ou épinette de la forêt. Parfois on va chercher l’arbre en famille, parfois on encourage un producteur local de sapins. Pas d’arbre artificiel du tout!!! Souvent on avait un arbre un peu dégarni, genre qu’il manquait un peu de branches!!! Hahahah On adore faire différent. Y a une année où on était dans les rénovations j’ai mis un vieux soutien-gorge dans l’arbre, seule déco que l’arbre a reçu. J’ai posté ça sur Facebook et j’ai écrit comme légende : le sapin a des boules! Vive l'humour!

 

On mange quoi chez les véganes?

 

D’abord nous sommes végétaliens, avant 2014 nous étions végétariens. Donc pas de dinde ou de tourtière à la viande. On reproduit certains mets en utilisant des recettes véganes, je cuisine même un rôti de seitan, des patates pilées, de la sauce brune et de la tourtière au millet. Je fais une bûche au chocolat sans œufs, des beignes, des barres nanaïmo, des pains de viande (heuhhhh sans viande là)…

J’avoue qu’il nous est déjà arrivé de faire un réveillon moins traditionnel mais les enfants aiment ça la bouffe du temps des fêtes.

 

Pour nous le souper de Noël se fait en soirée le 24 et à minuit, quand c’est le temps de s’échanger les vœux de Noël, on remange des gâteries. Des cretons, de la baguette maison, du végépâté, des desserts… et des clémentines!

On développe le cadeau le 24 en soirée, on ne va plus à la messe de minuit (ou toute autre cérémonie du genre) depuis de nombreuses années. Il y a la fois où un de mes fils, né le 22 décembre, nous a permis de jouer la famille sainte avec lui comme petit Jésus. C’était une belle expérience (ça fera 17 ans aux fêtes). 

 

 

Traditions à transmettre...???

 

Pour nous c’est clair que Noël est devenu une fête de surconsommation. On veut donc que nos enfants retiennent que ce temps d’arrêt permet de souder les relations, de consolider notre amour, de passer du temps de qualité en famille (en pyjama bien souvent... donc pas besoin de tenues inconfortables). Ils savent que les cadeaux c’est secondaire, que ce n’est pas seulement ça la fête de Noël. La question du partage est primordiale. On parle aussi de ce qui peut se passer dans d’autres pays où Noël n’est pas fêté… Ou on jase des familles moins chanceuses qui n’ont pas la possibilité d’avoir un festin puisqu’ils sont plus vulnérables (ça existe même au Québec). On dialogue beaucoup avec eux, on met l’emphase sur le bonheur de la présence et de la communication.

 

Pascale La Rousse

Décembre2017

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Blog

Featured Posts

Réconciliation-Réunification

March 23, 2018

1/8
Please reload

Archive
Please reload